Oeuvres choisies

כריכה קדמית
Delloye, 1841 - 239 עמודים
 

מה אומרים אנשים - כתיבת ביקורת

לא מצאנו ביקורות במקומות הרגילים

עמודים נבחרים

מהדורות אחרות - הצג הכל

מונחים וביטויים נפוצים

קטעים בולטים

עמוד 61 - Lors vous n'aurez servante oyant telle nouvelle, Desja sous le labeur à demy sommeillant, Qui au bruit de mon nom ne s'aille resveillant, Bénissant vostre nom de louange immortelle.
עמוד 71 - LUS eStroit que la vigne à l'ormeau se marie De bras souplement forts, Du lien de tes mains, MaiStresse, je te prie, Enlace-moy le corps. Et feignant de dormir, d'une mignarde face Sur mon front...
עמוד 206 - Pour piller un butin de bien peu de valeur, Combien de feux, de fers, de morts, et de détresses Mérites-tu, meschant, pour tuer nos Déesses?
עמוד 51 - En sa belle jeunesse, en sa première fleur, Rendre le ciel jaloux de sa vive couleur, Quand l'Aube de ses pleurs au...
עמוד 226 - Et, comme fleurs, periront tout soudain. Le temps s'en va, le temps s'en va, ma dame, Las ! le temps, non, mais nous nous en allons, Et tost serons estendus sous la lame.
עמוד 91 - Mignonne, allons voir si la rose Qui ce matin avoit desclose Sa robe de pourpre au soleil, A point perdu, ceste vesprée *, Les plis de sa robe pourprée, Et son teint au vostre pareil.
עמוד 8 - Or' * sur un mont, or' dans une vallée, Or' près d'une onde à l'écart recelée, Libre, folâtre où son pied le conduit, De rets * ne d'arc sa liberté n'a crainte Sinon alors que sa vie est atteinte D'un trait meurtrier empourpré de son sang.
עמוד 61 - Je seray sous la terre et fantôme sans os Par les ombres myrteux je prendray mon repos : Vous serez au fouyer une vieille accroupie, Regrettant mon amour et vostre fier desdain. Vivez, si m'en croyez, n'attendez à demain : Cueillez dés aujourd'huy les roses de la vie.
עמוד 10 - Pourquoy donque, quand je veux Ou mordre tes beaux cheveux, Ou baiser ta bouche aimée, Ou toucher à ton beau sein, Contrefais-tu la nonnain Dedans un cloiStre enfermée ? Pour qui gardes-tu tes yeux Et ton sein délicieux...
עמוד 207 - D'Apollon, qui me vint tout le cœur estonner: Où premier admirant la belle Calliope, Je devins amoureux de sa neuvaine trope, Quand sa main sur le front cent roses me jetta, Et de son propre laict Euterpe m'allaita.

מידע ביבליוגרפי