Théatre de Voltaire, כרך 1

כריכה קדמית
Chez Antoine-Augustin Renouard, 1809
 

מה אומרים אנשים - כתיבת ביקורת

לא מצאנו ביקורות במקומות הרגילים

מהדורות אחרות - הצג הכל

מונחים וביטויים נפוצים

קטעים בולטים

עמוד 77 - Où me cacher? Fuyons dans la nuit infernale. Mais que dis-je? mon père y tient l'urne fatale; Le sort, dit-on, l'a mise en ses sévères mains : Minos juge aux enfers tous les pâles humains.
עמוד 123 - Un ministère saint les attache aux autels ; Ils approchent des dieux , mais ils sont des mortels. Pensez-vous qu'en effet au gré de leur demande Du vol de leurs oiseaux la vérité dépende? Que sous un fer sacré des taureaux gémissants Dévoilent l'avenir à leurs regards perçants, Et que de leurs festons ces victimes ornées Des humains dans leurs flancs portent les destinées?
עמוד 143 - A mon noir ascendant tu n'as pu résister : Je tombais dans le piège, en voulant l'éviter. Un dieu plus fort que toi m'entraînait vers le crime ; Sous mes pas fugitifs il creusait un abîme ; Et j'étais, malgré moi, dans mon aveuglement, D'un pouvoir inconnu l'esclave et l'instrument.
עמוד 77 - Le génie de notre langue est la clarté et l'élégance ; nous ne permettons nulle licence à notre poésie, qui doit marcher, comme notre prose, dans l'ordre précis de nos idées. Nous avons donc un besoin essentiel du retour des mêmes sons pour que notre poésie ne soit pas confondue avec la prose.
עמוד 183 - Moi qui, contre l'amour fièrement révolté, Aux fers de ses captifs ai longtemps insulté; Qui, des faibles mortels déplorant les naufrages. Pensais toujours du bord contempler les orages : Asservi maintenant sous la commune loi, Par quel trouble me vois-je emporté loin de moi? Un moment a vaincu mon audace imprudente : Cette dîne si superbe est enfin dépendante.
עמוד 26 - Œnone, la rougeur me couvre le visage: Je te laisse trop voir mes honteuses douleurs; Et mes yeux, malgré moi, se remplissent de pleurs.
עמוד 142 - L'E voilà donc rempli cet oracle exécrable, Dont ma crainte a pressé l'effet inévitable ; Et je me vois enfin, par un mélange affreux, Inceste et parricide, et pourtant vertueux. Misérable vertu , nom stérile et funeste , Toi par qui j'ai réglé des jours que je déteste, A mon noir ascendant tu n'as pu résister : Je tombais dans le piège, en voulant l'éviter.
עמוד 337 - Frappez, ne l'épargnez pas; elle n'a pas épargné notre père. » Prométhée est attaché sur un rocher avec des clous qu'on lui enfonce dans l'estomac et dans les bras. Les furies répondent à l'ombre sanglante de Clytemnestre par des hurlements sans aucune articulation.
עמוד 183 - La lumière du jour, les ombres de la nuit, Tout retrace à mes yeux les charmes que j'évite; Tout vous livre à l'envi le rebelle Hippolyte. Moi-même, pour tout fruit de mes soins superflus, Maintenant je me cherche, et ne me trouve plus': Mon arc, mes javelots, mon char, tout m'importune; Je ne me souviens plus des leçons de Neptune; Mes seuls gémissements font retentir les bois, Et mes coursiers oisifs ont oublié ma voix.
עמוד 412 - Brutus , il fallait pardonner. Mes pleurs , en te parlant , inondent ton visage : Va , porte à ton supplice un plus mâle courage ; Va, ne t'attendris point, sois plus Romain que moi , Et que Rome t'admire en se vengeant de toi.

מידע ביבליוגרפי