Répertoire du Théâtre François: ou, Recueil des tragédies et comédies restées au théâtre depuis Rotrou pour faire suite aux éditions in-octavo de Corneille, Molière, Racine, Regnard, Crébillon, et au théâtre de Voltaire; avec des notices sur chaque auteur, et l'examen de chaque pièce, כרך 5

כריכה קדמית
Claude Bernard Petitot
P. Didot l'ainé, chez Perlet, 1803
 

מה אומרים אנשים - כתיבת ביקורת

לא מצאנו ביקורות במקומות הרגילים

מהדורות אחרות - הצג הכל

מונחים וביטויים נפוצים

קטעים בולטים

עמוד 13 - Ici , sur un pivot vers le nord entraîné , L'aimant cherche à mes yeux son point déterminé : Là de l'antique Hermès le minéral fluide S'élève au gré de l'air plus sec ou plus humide : Ici , par la liqueur un tube coloré , De la température indique le degré : Là, du haut de tes toits, incliné vers la terre Un long fil électrique écarte le tonnerre : Plus loin , la cucurbite , à l'aide du fourneau , De légères vapeurs mouille son chapiteau : Le règne végétal , analysé par elle...
עמוד 119 - S'honorent du grand nom de citoyens du monde ; Feignent dans tout climat d'aimer l'humanité , Pour ne la point servir dans leur propre cité : Fils ingrats, vils fardeaux du sein qui les fit naître, Et dignes du néant par l'oubli de leur être.
עמוד 222 - L'âme du vrai courage, et l'œil de la prudence; Cet art qu'apprit de vous notre injuste vainqueur. Allez : que mon pays vous doive son bonheur. Je vous mets dans les bras de la France affligée; Expirez digne d'elle, après l'avoir vengée. HARCOURT. Ah ! peut-elle jamais me confier son sort ? SCÈNE VIII.
עמוד 434 - Oui, pleurons un héros que mon malheur opprime. Ornement de son siècle, hélas! il a vécu Trop peu pour le bonheur, assez pour la vertu. Ose me l'avouer, sa mort est mon ouvrage : Son désespoir, sans doute, égara son courage; 11 aura prodigué des jours si précieux , Mais que l'amour trompé lui rendit odieux.
עמוד 198 - L'état et le monarque, à nos yeux confondus, N'ont jamais divisé nos vœux et nos tributs. De là cet amour tendre et cette idolâtrie Qui dans le souverain adore la patrie; ' Sublime passion d'un peuple impétueux, De l'empire des lis fondement vertueux , Et qui, le distinguant par les plus nobles marques, Fait à cent souverains envier nos monarques ! ÉDOUARD.
עמוד 63 - Moi, souffrir cet hymen! Tu l'espères peut-être; Tu me hais... Mais enfin je veux punir un traître. Si jamais à l'amour un plaisir fut égal , Je le sens, c'est celui d'immoler son rival , D'arracher de son cœur le cœur de son amante. Ah ! je vais le goûter, et ma rage contente Dans ce jour de terreur ne suspendra ses coups Qu'après avoir uni ton père à ton époux.
עמוד 202 - Vous démentez le cours de votre vie entière. De cet égarement n'osez-vous revenir? Quel faux honneur encor semble vous retenir ? Seigneur, à tout mortel l'erreur est excusable; Un prince y peut tomber sans devenir coupable : II l'est, si sa fierté refuse d'en sortir.
עמוד 187 - Eh ! pourrois-je inventer un supplice trop rude Pour punir tant d'affronts et tant d'ingratitude? Pendant plus d'une année arrêtant mes exploits, Calais à ma poursuite a dérobé Valois. J'ai perdu sous ses murs la fleur de mon armée, Et la saison de vaincre en projets consommée.
עמוד 36 - Je maudis le moment où le sort en courroux Viendra vous accabler du nom de mon époux. Ah! si l'amour pour moi vous intéresse encore, Cet amour, que je crains, mon désespoir l'implore; Mon père commandoit; hier j'ai tout promis : Mais je vois de plus près l'hymen dont je frémis; Je cède à mes terreurs. Par pitié pour vous-même, Changez l'ordre émané d'un mortel qui vous aime : Qu'entre Caliste et vous tous liens soient rompus. Allez, priez, pressez, et ne me voyez plus. ALTAMONT. Quoi!...
עמוד 191 - Les feux qui dévoroient nos moissons, nos cités , Ont éclairé par-tout mes pas ensanglantés. Envers vous et Valois pour n'être plus perfide Je retourne aux climats où le remords me guide; Je vais près du Jourdain rejoindre ces guerriers Dont un sang fraternel ne teint pas les lauriers ; Et le mien...

מידע ביבליוגרפי