Répertoire du Théâtre français ...

כריכה קדמית
J. Didot ainé, 1824
 

מה אומרים אנשים - כתיבת ביקורת

לא מצאנו ביקורות במקומות הרגילים

מהדורות אחרות - הצג הכל

מונחים וביטויים נפוצים

קטעים בולטים

עמוד 86 - Mordié! je me bals l'œil du Mercure et de toi Pour vous faire dépit tant à toi qu'à ton maître, Je déclare à tous deux que je n'y veux pas être: Plus de mille soldats en auraient acheté Pour voir en quel endroit la Rissole eût été : C'était argent comptant; j'en avais leur parole. Adieu, pays. C'est moi qu'on nomme la Rissole.
עמוד 19 - Greffez-moi sur quelque vieille tige. Cherchez quelque maison dont le nom soit péri : Ajoutez une branche à quelque arbre pourri. Enfin, pour m'obliger, inventez quelque fable ; Et ce qui n'est pas vrai rendez-le vraisemblable. Un homme comme vous doit-il être en défaut?
עמוד 275 - Calmez votre courroux, étouffez vos reproches. Je commence à sentir les fatales approches; Voilà le prompt effet du breuvage mortel Qui consomme l'horreur de mon destin cruel... Vos yeux en sont témoins, avec quelle industrie Les traîtres ont voulu me cacher leur furie! Mais tous leurs soins n'ont pu m'abuser un moment ; Et ma main et ma bouche ont pris avidement Le vase criminel et la liqueur funeste Qui de mes tristes jours va consommer le reste.
עמוד 184 - D'une vanité sotte on cherche à se gonfler. La femme d'un sergent ne sera pas honteuse De porter des habits comme une procureuse : Celle du procureur, pour avoir plus d'éclat, Veut égaler au moins celle de l'avocat: Celle de l'avocat est assez téméraire Pour aller du même air que va la conseillère : Celle du conseiller, par la même raison, Avec la présidente entre en comparaison : Celle du président...
עמוד 78 - Que l'âge et la raison sont pour moi contre vous, Et que votre sottise excite mon courroux. Vous croyez que partout votre mérite brille. ÉLISE . Ah ! que par le babil vous êtes encor fille, Ma sœur ! et que cet art que vous citez toujours A votre pétulance offre un faible secours.
עמוד 36 - J'aime, quand je le puis, à conclure une affaire. Les fermiers généraux, voyant ma bonne foi, Me pourront confier quelque meilleur emploi. C'est ce qu'avec grand art, comme par bonté pure, II faut insinuer dans le premier Mercure.
עמוד 183 - Je perdis les deux tiers quand je les fis revendre. Enfin pour nous tenir toujours sur le bon bout, Je n'ai rien ménagé, j'ai presque vendu tout; Si bien que...
עמוד 20 - Croyez-vous qu'à la cour chacun ait son vrai nom? De tant de grands seigneurs dont le mérite brille, Combien ont abjuré le nom de leur famille? Si les morts revenaient ou d'en haut ou d'en bas, Les pères et les fils ne se connaîtraient pas.
עמוד 208 - Pour nous farmer la bouche, il nous dit qu'il le veut. Nos meilleures raisons sont pour lui des vétilles: Plus je trouvons de trous, plus il a de chevilles; Et, comme il est le maître, et qu'il a du crédit, D'une seule menace il nous abasourdit.
עמוד 101 - Qui de bas lieu lire mon être ; Et je n'ose faire connaître Ni qui je suis ni d'où je sors. Quand on m'ôte la liberté, Pour m'échapper j'use d'adresse ; Et deviens femelle traîtresse, De mâle que j'aurais été.

מידע ביבליוגרפי