Cornelius Nepos, Quinte-Curce, Justin, Valère Maxime, Julius Obsequens: oeuvres complètes

כריכה קדמית
Désiré Nisard
Firmin-Didot et Cie, 1871 - 856 עמודים

מתוך הספר

מה אומרים אנשים - כתיבת ביקורת

לא מצאנו ביקורות במקומות הרגילים

מונחים וביטויים נפוצים

קטעים בולטים

עמוד 251 - Quolibet hoste , paras... , de l'autre côté, comme le Scythe à Alexandre : « Qu'avons-nous à démêler avec toi? Jamais nous » n'avons mis le pied dans ton pays. N'est-il pas » permis à ceux qui vivent dans les bois , d'ignorer » qui tu es , et d'où tu viens...
עמוד 336 - Nous verrons , par la suite' du récit, qu'il faut entendre par xaftáp* tantôt la voûte seule de la chambre sépulcrale , et tantôt la chambre prise en son entier. Dans cet endroit, il est certain qu'il faut entendre la totalité de la chambre établie sur le train du chariot. Voilà pourquoi nous avons employé les termes de chambre voûtée. « Au-dessous du comble (entre le plafond et le toit), tout l'espace « était occupé par un trône d'or carré, orné de figures en relief «de tragélaphes,...
עמוד 199 - ... croire que je suis roi. Les « transfuges et les traîtres régnent dans mes villes, non « qu'on les juge dignes de l'honneur qu'on leur fait . « mais afin que leur récompense vous tente et ébranle
עמוד 251 - ... c'est avec quoi nous avons domté autrefois les peuples les pi us belliqueux, vaincu les rois les plus puissans , ravagé toute l'Asie , et pénétré jusques dans l'Egypte. Mais toi , qui te vantes de venir pour exterminer les voleurs , tu es toi-même le plus grand voleur de la terre. Tu as pillé et saccagé toutes les nations que tu as vaincues ; tu as pris la Lydie, envahi la Syrie , la Perse, laBactriane: tu songes à pénétrer jusqu'aux Indes; et tu viens ici pour nous enlever nos troupeaux.
עמוד 359 - Prexaspès, lorsque son épée, sortie par hasard du fourreau , lui fit à la cuisse une blessure dont il mourut, et qui fut le châtiment mérité et du parricide qu'il avait ordonné, et du sacrilège qu'il avait accompli.
עמוד 194 - C'étaient environ huit cents Grecs*, prisonniers de guerre, déja fort âgés, sur qui les Perses avaient exercé leur cruauté par diverses sortes de supplices. Aux uns ils avaient coupé les mains, aux autres les pieds, aux autres le nez et les oreilles; puis, leur ayant imprimé sur le visage, avec le feu, des caractères barbares , ils les avaient gardés pour un objet de risée , dont ils repaissaient leurs yeux et leur cruauté. Ils ressemblaient plutôt à des fantômes qu'à des hommes,...
עמוד 125 - Puis marchaient les concubines du roi, jusqu'au nombre de trois cent soixante-cinq, et toutes en équipage de reines. Elles étaient suivies de six cents mulets et de trois cents chameaux qui portaient l'argent , escortés d'une garde d'archers. Après, venaient les femmes des parents du roi et celles de ses familiers; et derrière elles une grande troupe de goujats, de valets et d'autres gens de bagage, tous montés aussi sur des chariots. A la queue de tout étaient quelques compagnies armées...
עמוד 211 - Comme il passait donc les jours et les nuits à table , ne pouvant pas toujours manger, il y entremêlait diverses sortes de jeux et de passe-temps ; en quoi il ne se contentait pas des troupes de bateleurs et de joueurs d'instruments qu'il avait fait venir de Grèce...
עמוד 188 - Abulite, gouverneur de la province , envoya son fils au-devant de lui, avec promesse de lui rendre la ville, soit que ce fût de son mouvement, ou par ordre de Darius pour amuser Alexandre par le butin. Le roi fit grand accueil à ce jeune seigneur, qui le conduisit jusqu'au fleuve Choaspe...
עמוד 316 - II ne répète point : vous cherchez, et cela est mieux, » b) Quelques omissions remarquables des verbes avoir et être : Tout cela fondé sur une opinion qui n'étoit reçue que parmi les Égyptiens. (II, 89, Andr. a...

מידע ביבליוגרפי