Histoire philosophique et littéraire du théatre français: depuis son origine jusqu'a nos jours

כריכה קדמית
A. Lacroix, Verboeckhoven et cie, 1862
 

מה אומרים אנשים - כתיבת ביקורת

לא מצאנו ביקורות במקומות הרגילים

מהדורות אחרות - הצג הכל

מונחים וביטויים נפוצים

קטעים בולטים

עמוד 248 - Ah ! douleur non encore éprouvée ! A quel nouveau tourment je me suis réservée ! Tout ce que j'ai souffert, mes craintes, mes transports, La fureur de mes feux, l'horreur de mes remords, Et d'un refus cruel l'insupportable injure N'était qu'un faible essai du tourment que j'endure.
עמוד 22 - Jodelle le premier, d'une plainte hardie, Françoisement chanta la grecque tragédie, Puis, en changeant de ton, chanta devant nos rois La jeune comédie en langage francois, Et si bien les sonna que Sophocle et Ménandre, Tant fussent-ils savants, y eussent pu apprendre.
עמוד 234 - Action simple, chargée de peu de matière, telle que doit être une action qui se passe en un seul jour, et qui, s'avançant par degrés vers sa fin, n'est soutenue que par les intérêts, les sentiments et les passions des Personnages...
עמוד 77 - L'entretien de Paris, le souhait des provinces, Le divertissement le plus doux de nos princes, Les délices du peuple, et le plaisir des grands...
עמוד 236 - Toutes ces critiques sont le partage de quatre ou cinq petits auteurs infortunés, qui n'ont jamais pu par eux-mêmes exciter la curiosité du public.
עמוד 80 - Que le sujet n'en vaut rien du tout; Qu'il choque les principales règles du poème dramatique ; Qu'il manque de jugement en sa conduite; Qu'il a beaucoup de méchants vers ; Que presque tout ce qu'il a de beautés sont dérobées...
עמוד 167 - Je voudrais bien savoir de quelle façon on pourrait l'ajuster pour le rendre plaisant ; et si, quand on le bernerait sur un théâtre, il serait assez heureux pour faire rire le inonde. Ce lui serait trop d'honneur que d'être joué devant une auguste assemblée ; il ne demanderait pas mieux, et il m'attaque de gaieté de cœur, pour se faire connaître, de quelque façon que ce soit.
עמוד 228 - Ah, seigneur ! vous entendiez assez Des soupirs qui craignaient de se voir repoussés. Pardonnez à l'éclat d'une illustre fortune Ce reste de fierté qui craint d'être importune. Vous ne l'ignorez pas : Andromaque, sans vous, N'aurait jamais d'un maître embrassé les genoux.
עמוד 122 - Nous pouvons nous y faire un assez beau destin, Sans chercher d'autre gloire au pied de l'Aventin. Affranchissons le Tage , et laissons faire au Tibre. La liberté n'est rien quand tout le monde est libre ; Mais il est beau de l'être , et voir tout l'univers Soupirer sous le joug, et gémir dans les fers...
עמוד 237 - Depuis cinq ans entiers chaque jour je la vois, Et crois toujours la voir pour la première fois.

מידע ביבליוגרפי