Avant Malherbe: les poètes français du XVe et du XVIe siècle

כריכה קדמית
Librairie de la société bibliographique, 1882 - 192 עמודים
 

מה אומרים אנשים - כתיבת ביקורת

לא מצאנו ביקורות במקומות הרגילים

מהדורות אחרות - הצג הכל

מונחים וביטויים נפוצים

קטעים בולטים

עמוד 118 - Mignonne, allons voir si la rose Qui ce matin avoit desclose Sa robe de pourpre au soleil A point perdu ceste vesprée Les plis de sa robe pourprée, Et son teint au vostre pareil.
עמוד 135 - Plus me plaist le séjour qu'ont basty mes ayeux, Que des palais romains le front audacieux : Plus que le marbre dur, me plaist l'ardoise fine. Plus mon Loyre gaulois, que le Tybre latin, Plus mon petit Lyre, que le mont Palatin Et plus que l'air marin, la douceur angevine.
עמוד 43 - Le temps a laissié son manteau De vent, de froidure et de pluye, Et s'est vestu de brouderie, De soleil luyant, cler et beau.
עמוד 119 - En sa belle jeunesse, en sa première fleur, Rendre le ciel jaloux de sa vive couleur, Quand l'aube de ses pleurs au point du jour l'arrose; La grâce dans sa feuille, et l'amour se repose...
עמוד 75 - Assez long temps ; mais il le vous rongea Souvent, et tant, qu'à la parfin tout rompt: Et le lyon de s'en aller fut prompt, Disant en soy: " Nul plaisir (en effect) Ne se perd point quelque part où soit faict.
עמוד 121 - Je seray sous la terre et fantôme sans os Par les ombres myrteux je prendray mon repos : Vous serez au fouyer une vieille accroupie, Regrettant mon amour et vostre fier desdain. Vivez, si m'en croyez, n'attendez à demain : Cueillez dés aujourd'huy les roses de la vie.
עמוד 119 - Ainsi, en ta première et jeune nouveauté, Quand la terre et le ciel honoraient ta beauté La Parque t'a tuée, et cendre tu reposes.
עמוד 136 - Sur le champ despouillé mille gerbes façonne : Ainsi de peu à peu creut l'Empire Romain, Tant qu'il fut despouillé par la Barbare main, Qui ne laissa de luy que ces marques antiques...
עמוד 54 - BALLADE DES DAMES DU TEMPS JADIS UICTES-MOY où, n'en quel pays, Est Flora, la belle Romaine ; Archipiada, ne Thaïs, Qui fut sa cousine germaine; Echo, parlant quand bruyt on maine Dessus rivière ou sus estan, Qui beauté eut trop plus qu'humaine ? Mais où sont les neiges d'antan!
עמוד 126 - ANTRES, et vous, fontaines, De ces roches hautaines Qui tombez contre-bas D'un glissant pas ; Et vous, forests et ondes Par ces prez vagabondes, Et vous, rives et bois. Oyez ma vois. Quand le ciel et mon heure Jugeront que je meure, Ravi du beau séjour Du commun jour ; Je defens qu'on ne rompe Le marbre pour la pompe De vouloir mon tombeau Bastir plus beau.

מידע ביבליוגרפי