Journal de Voyage: Publié ave une introduction, des notes, une table des noms propres et la traduction du texte italien de Montaigne par Louis Lautrey

כריכה קדמית
Hachette et Cie, 1906 - 531 עמודים
 

מה אומרים אנשים - כתיבת ביקורת

לא מצאנו ביקורות במקומות הרגילים

מהדורות אחרות - הצג הכל

מונחים וביטויים נפוצים

קטעים בולטים

עמוד 182 - Celuy-là, on le voit aller à tire d'aisle, d'un vol haut et ferme, suyvant tous jours sa pointe; cettuy-cy voleter et sauteler de conte en conte comme de branche en branche, ne se fiant à ses aisles que pour une bien courte traverse, et prendre pied à chaque bout de champ, de peur que l'haleine et la force luy faille, . Excursûsque breves tentat".
עמוד 293 - J'ay veu la naissance de plusieurs miracles de mon temps '. Encore qu'ils s'estoufent en naissant, nous ne laissons pas de prevoir le train qu'ils eussent pris s'ils eussent vescu leur aage. Car il n'est que de trouver le bout du fil, on en desvide tant qu'on veut. Et ya plus loing de rien à la plus petite chose du monde, qu'il n'ya de celle là jusques à la plus grande.
עמוד 21 - Je suis aus prises avec la pire de toutes les maladies, la plus soudaine, la plus douloureuse, la plus mortelle et la plus irrémédiable.
עמוד 24 - Le soing des morts nous est en recommandation. Or, j'ay esté nourry dés mon enfance avec ceux icy ; j'ay eu connoissance des affaires de Romme long temps avant que je l'aye eue de ceux de ma maison. Je sçavois le Capitole et son plant avant que je sceusse le Louvre, et le Tibre avant la Seine.
עמוד 272 - ... des arquebusades, le son de l'artillerie, comme tels miracles se voyent en plusieurs lieux, mesme à Tivoli, à Pratoli et autres de l'Italie ? Et...
עמוד 78 - Je ne me tiens pas bien en ma possession et disposition. Le hazard ya plus de droict que moy. L'occasion, la compaignie, le branle mesme de ma voix tire plus de mon esprit que je n'y trouve lors que je le sonde et employé à part moy.
עמוד 188 - Je vois ordinairement que les hommes, aux faicts qu'on leur propose, s'amusent plus volontiers à en cercher la raison qu'à en cercher la vérité : ils laissent là les choses, et s'amusent à traiter les causes.
עמוד 50 - Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage, Ou comme celui-là qui conquit la toison, Et puis est retourné, plein d'usage...
עמוד 207 - Nous avions loin, sur notre main gauche, l'Apennin, le prospect du pays mal plaisant, bossé, plein de profondes fendasses, incapable d'y recevoir nulle conduite de gens de guerre en ordonnance ; le terroir nu, sans arbres, une bonne partie stérile, le pays fort ouvert tout autour, et plus de dix milles à la ronde; et quasi tout de cette sorte, fort peu peuplé de maisons.

מידע ביבליוגרפי