תמונות בעמוד
PDF
ePub

évM. P, a rendu le ver

i,, « instruire, par le mot « ins« truetions. W, 3.,,.,.,.,

..! Ini

E sio 40. Il a rejeté au commencement du membre de phrase suivant le mot u tao, «il le dirige, » qui ne peut être séparé de hoei, ų instruire, et la rapporté à la conduite que l'Indien, qui reçoit ces bons avis, doit tenir dans le monde. Il traduit : « Pour se con

duire ( TAO). convenablement dans toutes les circonstances de la vie... Je dois ajouter que le mo 0, « diriger quelqu'un, v ne signifie jamais « se conduire. ».. 7,50 Il rend les mots PLN W i -chi-thsin-heou, « pour lui « montrer une tendre affection,» par « convenablement dans toutes « les circonstances de la vie ! » . . . . . -.I ..,6° Il termine cette phrase par les mots : « lorsqu'il sera sorti de sa q famille, tandis que les quatre caractères

tchou kia-cha-men, « le samanéen qui est sorti de sa famille, » sont le commencement et le nominatif de la phrase suivante. . : jupielli

[merged small][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

i S. J. : « (Les Indiens) ne se bornent pas à saluer en s'agenouillant. -« Suivant le degré de respect qu'ils ont pour quelqu'un, il en est a beaucoup qui tournent autour de lui, tantôt une fois, tantôt deux « ou trois fois; et si leur profonde vénération exige davantage, ils A tournent autant de fois qu'ils veulent, »,

M. Pauthier : « Et sans s'arrêter à faire toutes ces génuflexions, ces ( actes de politesse, ceux qui prennent ainsi congé de leurs supérieurs « vont où leur devoir religieux les appelle : un grand nombre d'entre « eux ayant des tournées à faire dans l'intérêt de leur ordre. Il en est « qui ne font qu'une tournée, d'autres répètent trois fois la même « tournée. Si, au premier stage, leur cour détaille, ou s'ils deman« dent à n'en faire qu'un certain nombre, alors on les laisse faire ce « qu'ils désirent. »

- M. P. n'a rien compris à tout ce passage. Il s'agit ici d'une sorte de salutation respectueuse bien connue, qu'on appelle en sanskrit pradakchin'a uchu. Wilson (Dictionnaire sanskrit, 2e éd., page 574): « Reverential salutation, by circumambulating a person or object. Salut

respectueux qui consiste à marcher autour d'une personne ou d'un <objet. » (Conf. Lois de Manou, liv. II, § 48.) 1 : :.

Avant d'examiner ce passage mot å mot, je dois faire observer què M. P. l'a fait rapporter en entier au sage, au religieux samanéen, qui, suivant lui, se trouve en présence de son supérieur, tandis qu'il doit se rapporter, en général, aux Indiens qui veulent témoigner leur respect. ;.".!.' '

1° Les quatre mots jt signifient': « les Indiens ne * se bornent pas à saluer en fléchissani le genou, » ainsi qu'on 'l'a dit plus haut; ces mots servent de transition au salut circumambulatoire appelé pradakchin'a a ut.

' M. P. traduit : «Sans s'arrêter à faire toutes ces génuflexions, toutes « ces politesses, les religieux bouddhistes qui prennent, etc. » 2° Les mots de

souj-khi-so-tsong-sse, signifient « suivant le degré de leur respect. » M. P. « (Les religieux u bouddhistes), qui prennent ainsi congé de leurs supérieurs, se ren« dent où leurs devoirs religieux les appellent li

M. P. se trouverait sans doute fort embarrassé de faire grammaticalement le mot-à-mot des cinq caractères soui-khi-so-tsong-sse, de manière à justifier sa traduction. Pour moi, je ne vois pas un mot du texte qui se rapporte, de près ou de loin, au sens qu'il a adopté.

3o Au lieu de : « Il y en a beaucoup qui marchent autour (de la "a personne révérée), » M. P. traduit : « un grand nombre d'entre eux « (c'est-à-dire d'entre ces religieux), ayant des tournées à faire dans a l'intérêt de leur ordre ! »

40 M. P. a passé le mot i feou, une seconde fois; de plus, il a traduit les mots tcheou, et tu tsa, « action de tourner, » c'està-dire ici, « salutation circulaire, » par « tournée faite dans l'intérêt a d'un couvent ! » ..5° M. P. a commis, dans la dernière partie de ce passage, une erreur aussi grave qu'inexplicable. Il y a en chinois

so-sin, e si sa vénération profonde (littéral. «si ses sentiments anciens..... » (Cf. Morris. Dict, chin. part. I, pag. 847, col. 2, lig. 9: T RU «so« youan, an old resentment), KU pie-thsing, demande (quelque

« chose) en outre (conf. Dict. P-wen-yun-fou, liv. LIII, fol. 80 v.), » c'est-à-dire « demande qu'il tourne un plus grand nombre de .« fois ; k sou, quant au nombre, tit like tsong-yo, il suit son « désir. » Sur , voyez le dictionnaire Pin-tseu-tsien.

M. P. a cru que le mot i sin, (sentiments), avait ici le sens de cour, que le mot so, « anciens, formés de bonne heure, » signifiait un CARAVANSÉRAI, et que le mot l) pie, « autre, » ici l'adverbe « en outre » (voy. 8 lignes plus haut, no 5), voulait dire DÉFAILLIR ! « Si leur coeur, dit-il, défaille au premier stage (c'est-à-dire, suivant « !ui, au premier caravansérai). Il ajoute en note : so, « c'est un « endroit où les pélerins font halte en passant la nuit; on le nomme « ordinairement caravanserai. Les caravanserais se trouvent à une « distance l'un de l'autre d'environ trente liš. » Il est évident que M. P. n'a fait que traduire cette définition de Morrison (part. II, n° 9556), qui n'a aucune application ici : « A halting-place at the « distance of every thirty le, etc. A stage to rest at during the night, « etc. » Je ferai observer, en passant, que le mot anglais stage ne conserve pas en français le sens de « lieu de repos en voyage, lieu où « l'on prend des relais ; » il signifie : « l'espace de temps pendant « lequel les avocats sont obligés de fréquenter le barreau, avant « d'être inscrits sur le tableau. » (Dict. de l'Acad. franç.) Je relève cette faute qui parait étrangère à mon sujet, pour montrer la légèreté avec laquelle M. P. traduit, même lorsqu'il s'agit de l'anglais.'

6° On a vu plus haut que l'auteur parle, dans tout ce passage, de l'espèce de cérémonie qui consiste à tourner autour de quelqu'un. M. P. a cru qu'il s'agissait encore de tournées (que font les religieux dans l'intérêt de leur couvent); il traduit: «S'ils demandent à n'en a faire qu'un certain nombre, on les laisse faire ce qu'ils désirent; » au lieu de : « Si leur profonde vénération exige qu'ils tournent un a plus grand nombre de fois, ils contentent leur désir. »

go Il a regardé le mot nombre (voy. pag. 80, lig. 3) comme le régime direct du verbe demander, qui appartient au membre de phrase précédent.

[merged small][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

w S, J.; « (Toutes les fois qu'un homme tombe malade, il s'abstient ... de manger pendant sept jours, Dans cet intervalle, il y en a beau

? coup qui guérissent.) S'ils ne se rétablissent pas, alors ils prennent ... des médicaments. Ces médicaments diffèrent, entre eux par leur

nature, leur genre, leurs noms et leurs espèces. )

M. Pauthier: «.....Ils doivent, s'ils ne se trouvent pas mieux, après ? ce laps de temps, envoyer un exprès dans le pays pour chercher un

? ingrédient, espèce de gâteau dont la nature et l'espèce se nomment ..« TCHONG, différent des médicaments, etc. » . i . in

[ocr errors]

- 1 M, P. a traduit le mo tch', « se rétablir, guérir » (cf.

Morrison, part. I, rad. 48, « to put away disease, » et Khang-hi, clef 48, . fol. 45, r., lig. 4), par « envoyer un exprès. n. ..

2° Il a rendu l'adverbe 7 fang (alors), par le substantif pays. Je dois faire observer qu'il a mal ponctué tout ce passage. Il a construit le deruier mot tch'(guérir), avec ti fang (alors), qui commence la phrase suivante, et il traduit « envoyer un exprès tch'ai) dans le pays Hi fang) !

3o Il rend les mots ill. eul-yo, « avaler (FL enl), c'est-à-dire • prendre, des médicaments (ne yo), par « un ingrédient (is yo), espèce de gâteau (Leul) I ne s'est pas aperçu que d'après sa position, le m

1, remplit le rôle d'un verbe actif, dont la yo (médicaments) est le régime direct.

• Ce qui suit est bien plus grave encore. Il a confondu deux parties de phrase qui signifient littéralement : « la nature et le genre, « les noms et les espèces des médicaments ne sont pas semblables. » Il a traduit : « gâteau (H. eul) dont la nature et l'espèce se nomment « tchong, différent des médicaments, etc. »

M. P. a rendu le nominatif ming (nomina), par le verbe se nommer, et il a pris le mot file tchong, « espèces, (the ming« tchong, noms et espèces), » pour un nom propre. Espèce de gâteau, « dit-il, dont la nature et l'espèce se nomment ili TCHONG ! » 5o Enfin, il cite en note, à propo

ong, l'expression cochinchinoise : discipuli bonziorum, qui ne se rapporte pas le moins du monde à sa traduction fautive, ni au sens exact des mots du texte chinois.

[merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

S. J. : « Les médecins diffèrent entre eux par leur savoir, et la « manière d'observer les symptômes (des maladies). »

Littéralement : « Des médecins – l'habileté - et la manière « d'observer - ont, c'est-à-dire offrent, des différences, ,

M. Pauthier n'a pas compris un mot de ce passage; il traduit : « Gâteau différent des médicaments préparés par les gens de l'art, et « sur lequel ils comptent beaucoup; mais le résultat est souvent bien « différent de celui qu'ils espéraient. »

10 M. P. a commencé cette phrase par les mots

pou-thong, littéralement a ne ressemblent pas, » qui appartiennent au membre de phrase précédent, et les a rapportés au mot fi cul (avaler), dont il a fait le mot gâteau : « (gâteau) différent des médicaments ! »

2° Il rend le mot lani (médecin), par médicaments, et le mot T it kong-ichi, « art, habileté, » par « les gens de l'art. » Ainsi au lieu de « l'habileté des médecins, » il traduit : « médicaments pré« parés par les gens de l'art. » 3o Il rend l'expression

chen-heou, « l'action d'observer » (les symptômes des maladies), par espérer. 4° Il traduit les mots

yeou-i, « présenter des différences, « différer, » par « le résultat; » c'est-à-dire, selon M. P. « l'effet .« médical (du GATEAU !) est bien différent. »

Je ne puis découvrir quels sont les caractères du texte chinois qu'il a cru traduire par les mots : « sur lequel cependant ils comptent « beaucoup. »

[merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
« הקודםהמשך »