תמונות בעמוד
PDF
ePub

raient pas de honte et ne pleureraient pas ensemble. Meng-tseu,

chap. IV, part. 2, § 33.

Le mot ki entre dans plusieurs locutions qui manquent

dans les dictionnaires. '$ &

1sse quand
vous servez, ?fou-3mou votre père et votre mère, 4ki avec douceur,
Skien faites-leur des représentations. En mandchou : nesouken i
tafoula. Lun-yu, chap. Li-jin, $ 18.

tiao-ki, sculpter, ciseler. En mandchou : tcholime fo-
lome (Thsing-han-wen-haï, liv. III, fol. 8). Dans un autre exemple
(ibid.), on trouve tiao-ki expliqué par folome yangselara, embel-
lir en ciselant, par des ciselures.

[ocr errors]

ou, après. Ce mot est adjectif devant un substantif :
heou-chi, les siècles suivants.

heou signifiant après, se met à la fin d'un membre de

phrase, ou après un mot, avec ou sans tchi, marque du

génitif.

chin-heou, mot à mot: corpus post, i. e. post mortem,

après la mort.

jin-san-heou, mot à mot : hommes, être disper-

sés, après, c'est-à-dire : après que les hommes se furent séparés.
En mandchou : niyalma faktchaka amala.

[ocr errors]

Dans les deux passages suivants, itchi Ź me paraît une par-
ticule insignifiante. "Di A –ʻt — A Ž
sheou après que, 'Chun (nom d'homme), 2ming eut donné ses
ordres à, 3eul-Achi-5eul vingt-deux, 6jin hommes, itchi particule.

'BT. Ź '* 'heou après que, 'ki-2ming vous avez fait
alliance; 3tchi particule.

theou, précédé d'un nom propre et de Ź tchi, veut dire :
un descendant de. ' 'Ź * (Tchong-hoeï était)
4heou un descendant, 3tchi de, Hi-2tchong nom propre.

Après les verbes tj yeou , avoir, et ff wou, ne pas avoir,
heou conserve le même sens que ci-dessus : avoir des descen-
dants, ne pas avoir de descendants.

thsong, vulgo suivre, peut signifier adverbialement : sui-
vant que, selon que, par la raison que."
tik

'thsong suivant que, par la raison que,
2khi-spe son blanc, la couleur blanche, de cet homme, 4yu-5wai
est extérieure, 6kou voilà pourquoi, "weï-Stchi je l'appelle, 'wai
extérieure. James Legge : according as. Glose chinoise : '

# 'soui suivant que, 2khi-3 pe sa couleur blan-
che, 4tsaï est, 5waï en dehors.

thsong, par suite de cela. 'til TI JE kou
c'est pourquoi, 2thsong par suite de cela (en mandchou teretchi),
seul particule auxiliaire, Atching on fit payer des droits, 5tchi à
eux (aux marchands). Meng-tseu, chap. II, part. 2, $ 10.

CLEF LXI.

i et i- tche, au commencement d'une phrase
signifient : je pense (que) ' HEB *WF E *J Z
* # li je pense que, £pi-3yong les pays de Pi et de Yong, 'wei

étaient, sfung la principauté, rtchi de 5 Wou-6keng (nom d'homme),
le domaine accordé par l'empereur à Wou-keng.

F ou - hou, comment ? 'I 'T E '"Sou-
hou comment, 'thien--hia l'empire, 5ting sera-t-il rendu-stable ?

Meng-tseu, chap. I, part. 1, $ 6.

[ocr errors]
[ocr errors][merged small][ocr errors][merged small][merged small]

ou-yong, synonyme de p h o-yong que ferez-
vous de ? quel usage ferez-vous de ? Meng-tseu, chap. T'eng-
wen-kong, part. II, § 10.

# Ungo-khi, ego ipse, nos ipsi. 'J * H X
* # 1 Theou-?laï (si) notre prince vient, 3ngo-4khi nous-mêmes,
Sfeou-sseng de nouveau vivrons, nous reviendrons à la vie, Thou
particule qui marque ici l'admiration.

ching, obtenir la paix.
fit ade) khieou-tching), demander la paix.
hd (e)thsing-tching, même sens que khicou-tching.

kou, cause, c'est pourquoi, c'est parce que, etc. Kou signi-
fiant c'est pourquoi se place au commencement de la phrase, mais
il se place à la fin quand il veut dire : c'est parce que. Le premier
emploi de kou n'a pas besoin d'exemples.

7F OP ' fi i tik t 'pou-?tch'ing
si (l'historien officiel) n'a pas dit (que), 3tsi-4 weï il était monté
sur le trône, 8kou-'ye c'est parce que, 5 Wen-6kiang (nom d'homme),
Itchou était sorti (du royaume).

t tik ta-hou la grande affaire, en mandchou : amba baita,
désigne la perte d'un père ou d'une mère.

CLEF LXX.

A- Ź Toyu tchi-heou, avec un ou plusieurs mots
insérés entre les yn et tchi signifie après. A
Ź

'yu-otsin-thsi--liang--soui-ethang-stchi-sheon

[ocr errors]

yu, marque d'accusatif (voyez ce cas pag. 19, 20), quand
le régime direct d'un verbe actif en est séparé par un ou plu-
sieurs mots au génitif.

' * 'Ź " * 'chi
dans le livre des vers, éto beaucoup, en grand nombre, 3tchi
on apprend, 'yu-10 ming (yu marque d'accusatif) les noms, tchi
de (des), 5niao oiseaux, bcheou des quadrupèdes, athsao des
plantes, &mo et des arbres. Lun-yu, chap. Yang-ho, § 9.

u, placé après un adjectif positif, lui donne la force d'un
comparatif. (Voyez page 41, ligne 2.)

« הקודםהמשך »