תמונות בעמוד
PDF
ePub

si, 'pou-te il ne peut, "cheou recevoir (ce présent), Syu dans, 6kia sa maison.

Si pou-te T e st suivi d'un substantif, il signifie ne pas obtenir. '7 1 TA' F 'pou-Pte s'il n'obtient pas, *yn-btseu de vous, 3chi des aliments.

To pou-wen est synonyme de te wou-wen, je n'ai pas entendu dire que (Kia-pao).

thsie, partant, par conséquent El of pauvre et partant méprisé (Rémusat, page 95). Cependant, dans des exemples analogues du Chi-king, l'interprète mandchou rend Elthsie par geli, encore, en outre. Exemple : HE EL. iming-?thsiestche éclairé et en outre intelligent. Ithsie répété signifie soit, soit, tantót, tantót. 'El P)

L IL '* "thsie soit, 2i-hi-lo pour se réjouir, 5thsie soit, 6i-7yong-8jë pour passer le reste de ses jours, littéralement : pour les jours perpétuels, la perpétuité des jours.

sie au commencement d'une phrase signifie quelquefois or (porro).

CLEF IV. 74 nai, particule conjonctive. '74 A F P naï alors, ming il ordonna, shi-Aho (aux astronomes) Hi et Ho de, etc. (Chou-king, chap. Yao-tien).

73 nai, synonyme de ite, vous. Ty naï-te votre vertu. En mandchou : sini de vous, erdemou la vertu.

74 nai, synonyme de khi, lui, son, sa, ses. 15 A nai-ong son père ; en mandchou : ini de lui, ama le père.

74 naï, synonyme de #meou, un tel, pour dire moi. Li-ki

ieou.

tsa-ki-hia : * 74 fou-youe-naï, le mari dit : un tel. En
mandchou: eigen otchi, eigen tere seme kholambi. Quant au mari,
il se désigne en disant : le mari, celui-ci (c'est-à-dire moi, le
mari).

naï, particule auxiliaire, insignifiante
naï-ching-naï-chin il est saint, il est divin (doué d'une pénétra-
tion divine).

kicou, longtemps, durer longtemps. Quand ce mot se
trouve à la fin d'une phrase on le traduit par : il y a longtemps
que. '

1 7 la Ž n skieou-ci il y avait long-
temps que, itaï nous attendions, 2ngo de nous (notre), 3heou
prince, 4tchi particule relative, hi particule finale.

Skicou il y a longtemps que
Thsin, le prince de Thsin, et Tsin, celui de Tsin, spou--ho ne
sont pas d'accord, ne vivent pas en bonne harmonie, hi particule
finale. Quelquefois le mot £ i implique that the precedent words
contain a decided, strong affirmation. (Morrison, part. II, n° 2077).

h kicou se trouve, mais rarement, au commencement d'une
phrase, avec le même sens. ' *'7 The
'

kieou il y a longtemps que, ?, particule impli-
quant une forte affirmation, 3ngou je, épou-6mong n'ai pas rêvé,
5fcou de nouveau, "kien (que) je voyais, Tchcou-'kong, nom
d'homme. Lun-yu, chap. Chou-cul.

hou est le plus souvent une particule finale interrogative.
34 * F *kill to ITT **# 'F hou est-ce que,
Hiu (nom d'homme), ?tseu le philosophe, 3pi nécessairement,
Atchi tisse, 5pou de la toile, Geul et, Theou ensuite, si (s'en) vetit?
c'est-à-dire : est-ce que Hiu-tseu (le philosophe Hill) est obligé
de tisser lui-même de la toile pour se vêtir ?

F hou. Dans certains cas, indiqués par la position, ce carac-
tère peut marquer le datif (p. 14), l'accusatif (p. 19), l’ablatif
(p. 29), le locatif (Wells Williams), l'instrumental (p. 37).

L'expres

ho-hou signifie pourquoi ? mais les écrivains chinois ont l'habitude d'insérer un mot entre ces deux signes.

ho-koueï - hou - laï, pour 1ho - 3 hou pourquoi ne pas, -koucï-laï aller se soumettre ? pourquoi n'iraije pas me soumettre à lui ?

RE 1ho-3hou pourquoi, ?yen a-t-on

E dit (que), thi il se réjouissait, 5fo d'avoir soumis, 6thsou le royaume de Thsou ?

THE A Ž 'ho-hou pourquoi, ?yen (l'historien officiel) a-t-il dit (que), 4thsi-5jin les hommes du royaume de Thsi, 6tchi-tchi l'avaient pris (6ceperant illum) ?

Je pourrais citer vingt autres exemples semblables. Les précédents suffisent.

Dans la locution yu-chi-hou '7

II 2

le signe 3hou est explétif et n'ajoute rien au sens de la phrase. Exemples : 14

R I TEJN TE ?yu-chi--hou là-dessus, sur ces entrefaites, 'tsin le prince de Tsin, 5tso leva, "ping les soldats, stcheou de l'arrondissement.

'F' F # Fl y u-chi-shou alors, 4sien d'abord, Scha il tua, 6 Khong-fou (nom d'homme).

#FFI* TE FT. 'kiun2tseu le sage, 3weï pense que, 5yu-ichi en cela, 'hou particule explėtive, Tchoang-5kong le prince Tchoang-kong, 'yeou-10li a observé les rites.

+ hou est encore explétif et sans signification dans les exemples suivants : 'WA W 'Ik 'F 1 . 'yu in, athsong to sequi, 3tching administrationem, 'hou particula expletiva, 5ho-byeou quid est ? Pour qu'il entre dans l'administration let devienne Ta-fou), quelle difficulté y a-t-il ? Lun-yu, chapitre Yong-ye.

E BEDF neng (si quelqu'un) peut, ?i avec, 3li urbanité, "jang et avec déférence, brei gouverner, 6koue le royaume, Thou particule explėtive, shoPyeou qu'y a-t-il (quelle difficulté y a-t-il) ?

ALE F. L 'ho-chang sur le fleuve jaune (sur les bords du fleuve jaune), shou particule explétive, "yao-5siao se promener. (Dict. Thsing-han-wen-haï, liv. X, fol. 2.)

On trouve les deux signes Fyu et hou séparés par un ou plusieurs mots, et signifiant simplement dans, quand, lorsque. Dans ce cas, hou est une particule explétive. 'F ** *$* fu Ź 'yu in, ?souï peractâ, 3sse re (cum res peracta est), 'hou particula expletiva, 5kia dant, 6tchi illi. Quand l'affaire est finie (quand on a achevé les obsèques d'un homme), on lui donne (ce nom posthume).

I hou seul signifie quelquefois où. '# # pH. TU jahit '" " 'sse lorsqu'on entre en charge, ?feï ce n'est pas, 3wéï à cause, 4p'in de la pauvreté (ou parce qu'on est pauvre); 5ye particule finale, beul cependant, ?yeou il y a, 8chi des circonstances, Phou , 10 weï (c'est) à cause, 11p'in de la pauvreté. James Legge : Office is not sought on account of poverty; yet there are times when ("hou) one seeks office on that account. Meng-tseu, chap. V, part. II, § 5.

Lorsqu'on compare deux personnes ou deux choses, le mot

hou placé après un adjectif lui donne la force d'un comparatif. B to 7 h 't 'F Houan-Ptsen (nom d'homme), 'ich'in prince de Tch’in, 4chi commença à, 5ta-shou être plus grand que (littéralement : grand par dessus), ithsi le prince de Thsi.

'7 be t' en fait de) 'pou-?king manque de respect (en anglais disrespect), smou (il n'y en a) pas, 4ta-bhou de plus grand que, 6chi cela.

hou, exclamation de pitié, de douleur. si-hou, quel malheur !

E' 7 '7 Ž E Jtt " F ii parce que, ingou je, ? pou-3thsong n'ai pas suivi, byen les paroles, stchi de, -tseu vous, stchi je suis arrivé, "thseu à cela (j'ai été réduit à être fait prisonnier), 10hou exclamation de douleur.

On remarquera que li est post-posé : ?pou-3th song-ii (je n'ai

pas suivi — à cause, parce que), au lieu de 'ngou-7;--pou-3thsong parce que je n'ai pas suivi, pas écouté (vos paroles). + hou, final, marque d’admiration.

F

y ang-yanghou combien c'est immense ! Comme si l'on disait : immense, immense, oh!

hou signifie quelquefois en qualité de, comme. 'PT.

'hing agir, 2 hou comme, 3fou (un homme) riche, 4koneï

[merged small][merged small][ocr errors][merged small]

ne murmure pas, 3hou contre, 4jin les (autres) hommes.

hou, plus que. He #'F 14 °Fť ngai il aimait, 3heou le prince, 2thsi du royaume de Thsi, 'hou plus que, Sjong les barbares, 5chan des montagnes.

hou, de ce que, parce que. ' IK. " JÍL * THE sin (quand) le cæur, ?wou n'a pas, 3hia de tache (est sans tache), 4ho pourquoi, 5siu s'affliger, Chou de ce que, irou on n'a pas, skia de maison ?

ft BE * F. 'E' 7 'won-Phoe ne vous étonnez pas, 3hou de ce que, parce que, 4wung le roi, 5tchi particule relative, Spou -7tchi n'est pas prudent. Legge: It is not to be wondered at that the king is not wise! Meng-tseu, chapitre VI, part. I, § 9.

Hou + entre dans plusieurs expressions dissyllabiques et trisyllabiques. Hou-chang E au-dessus. Dans ce cas, on intercale un génitif entre F hou et Echang. ' T 'p PE Ź I ho-?wéi pourquoi, "siu les a-t-on rangés, hou-chang au-dessus, itchi des, 5tchou-sheou princes feudataires?

chou-hou, presque, peu s'en faut, approcher de. 'I

F Hoci (nom d'homme), ?ye particule qui

[merged small][ocr errors]
« הקודםהמשך »