תמונות בעמוד
PDF
ePub

Je regarde ausli comme un défaut en d'autres endroits la

proscription totale de tout ornement particulier autour de la maison qu'on laisse souvent nue & isolée au milieu d'un parc. Des promenades abritées & même fermées sont encore dans un climat aussi variable que le notre, des commodités qu'on a mal à propos échangées pour des jouissances qui ne peuvent avoir lieu que dans un bien petit nombre de beaux jours qu'on peut appeller pittoresques; & fi une famille peut se réserver quelque abri chaud, quelque chose de l'ancien goût au milieu du paysage que lui trace un entrepreneur a la mode, elle se trouvera fort heureuse dans ces journées qui n'invitent pas les etrangers à venir se promener par curiosité chez-elle.

Les fontaines ne sont pas dans la nature & on a eû grande raison de les bannir des jardins; mais je m'étonne qu'on ne les ait pas adaptées aux endroits qui leur conviennent; aux villes, aux cours des grandes maisons où elles fiéyent bien comme accessoires de l'architecture & comme morceaux qui en eux mêmes ont de la grandeur. Leur decoration admet toutes les richesses de l'invention; & quand les eaux élevées par differens étages tombent de là sur les bords, rien n'est plus imposant, plus raffraîchissant même que le bruit de leur chûte. Un palais ne demande t-il pas ses attributs & fes ornemens extérieurs, aussi bien qu'un jardin ? Les fontaines entourées de cyprés sieyent particuliérement aux fabriques ; & personne n'a été à Rome, personne n'a vu les cascades de la place St. Pierre continuellement versées dans leurs vastes

T

bassins

taste and Splendor. Those in the piazza Navona are useful as sublimely conceived.

as

Grottoes in this climate are recesses only to be looked at tranfently. When they are regularly composed within of Symmetry and architecture, as in Italy, they are only Splended improprieties. The most judiciously, indeed mof fortunately placed grotto, is that at Stourbead, where the river bursts from the urn of its god, and passes on its course through the cave.

But it is not my businefs to lay down rules for gardens, but to give the history of them. A System of rules pushed to a great degree of refinement, and collected from the best examples and practice, has been lately given in a book intituled Observations on modern Gardening. The work is very ingeniously and carefully executed, and in point of utility rather exceeds than omits any necessary directions. The author will excuse me if I think it a little excess, when be examines that rude and unappropriated scene of Matlocke-bath, and criticizes nature for having bestowed on the rapid river Derwent too many cascades. How can this censure be brought home to gardening? The management of rocks is a province can fall to few directors of

gardens;

bassins de marbre, sans concevoir une idée de goût & de splendeur. Celles de la place Navonne sont en même tems de l'utilité la plus grande & de l'invention la plus sublime.

Dans ces climats-ci, les grottes sont des retraites qui ne sont bonnes à voir qu'en passant. Quand on les construit réguliérement selon les regles de la symétrie & de l'architecture, ce ne sont que de magnifiques hors de

propos.

La grotte la plus convenablement & la plus heureusement placée est celle de Stourhead où une riviere qui coule de l'urne de son dieu, prend son cours à travers le souterrain.

Mais mon objet n'est pas de donner des régles pour les Jardins, je n'en dois donner que l'histoire. Nous avons eû dernierement dans un livre intitulé Observations sur le style des Jardins modernes, un systême de régles poussé jusqu'au plus haut dégré de rafinement appuyé sur les meilleurs exemples & tiré de la meilleure pratique. C'est un ouvrage

exécuté avec infiniment d'esprit & de soin, & par rapport à l'utilité, il abonde plutôt avec excès en préceptes qu'il n'en omet de nécessaires. L'auteur voudra me pardonner de trouver quelque chose de trop dans son examen de ce site fauvage, cette scène mal placée de Matlocke-bath,* & dans le reproche qu'il fait à la nature des nombreuses cascades qu'elle a prodiguées sur la rapide riviere de Derwent. Qu'à affaire cette censure avec notre art des Jardins? Peu de nos entrepreneurs de Jardins ont besoin d'apprendre à économiser les gardens; still in our distant provinces such a guide may

rochers * Matlocke-bath & la riviere de Derwent sont dans le Derbyshire. (Note du Traducteur.)

be necessary.

The author divides bis fubje£t into gardens, parks, farms, , and ridings. I do not mean to find fault with this divifon. Directions are requifte to each kind, and each bas its department at many of the great scenes from whence drew bis obfervations. In the historic light, I distinguish them into the garden that connects itself with a park, into the ornamented farm, and into the forest or savage garden. Kent, as I have shown, invented or established the first fort. Mr. Philip Southcote founded the second or ferme ornèe, of which is a very just description in the author I have been quoting. The third I think he has not enough diftinguished. I mean that kind of alpine scene, composed almost wholly of pines and firs, a few birch, and such trees as affimilate with a savage and mountainous country. Mr. Charles Hamilton, at Pain's-bill, in my opinion has given a perfe&t example of this mode in the utmost boundary of bis garden. All is great and foreign and rude; the walks seem not dehgned, but cut through the wood of pines; and the style of the whole is so grand, and conducted with so serious an air of wild and uncultivated extent, that when you

look down on this seeming forest, you are amazed to find it con

tain

res.

rochers j'en conviens; mais dans nos provinces éloignées cette étude peut être un guide nécessaire.

L'auteur divise son sujet en jardins, parcs, fermes, & lieux d'exercice. Je ne trouve rien à redire à cette division. Chacun de ces genres veut une certaine ordonnance & chacun a dans son département plusieurs grandes scènes qui fournissent des observations. Moi comme historien je me borne à trois genres distincts: le jardin qui se lie avec un parc, la ferme ornée, & la forêt ou le jardin agreste. Kent comme je l'ai . dit a inventé ou du moins établi le premier de ces trois gen

Mr. Philip Southcote * a introduit le second, la ferme ornée, dont on trouve une description exacte dans l'auteur que je viens de citer. Quant au troisiéme, je ne vois pas qu'il ait été assez defini. Je me figure cette espèce de scéne dans le goût des Alpes, entiérement composée de pins & de sapins, quelques bouleaux ou autres arbres pareils, & présentant l'image d'un pays sauvage & montagneux.

Mr. Charles Hamilton à Pain's-hill † a donné selon moi un modele parfait de ce genre à l'extrêmité de son jardin. Tout a l'air grand, étranger, agreste; les allées ne paroissent pas tracées mais coupées au hazard à travers un bois de pins; le tout est d'un style fi grand, d'une exécution si grave, & a fi bien l'air d'un espace tout-a-fait sauvage & sans culture, que quand vous considerez cette forêt apparente, vous êtes con

U

fondu * Mr. Southcote, gentilhomme catholique, mort il y a plusieurs années.

† Painfhill eft environ à quinze mille de Londres en Surry près de Cobham sur le chemin de Portsmouth. (Notes du Traducteur.)

« הקודםהמשך »