תמונות בעמוד
PDF
ePub

n'y laissoit que quelques pieds d'arbres détachés & dispersés, pour ne donner passage qu'à une clarté adoucie; mêlant ainsi une lumiére bigarrée à l'ombre allongée des tiges qu'il conservoit en guise de colonade.

Les artistes suivans ajoutant certains coups de maître à ces heureuses touches ont peut-être perfectionné quelques unes des parties que je viens de nommer. L'introduction des arbres & des arbustes étrangers que nous devons principalement à Archibald duc d'Argyle, a contribué essentiellement à cette richesse de coloris qui caractérise nos paysages modernes. Le mélange des verdures variées, le contraste des formes entre les arbres de nos forêts & les pins & sapins du nord de l'Amérique, sont des embellissemens plus récens que Kent, ou du moins qu'il a peu connus.

Le faule pleureur & les arbustes à fleurs, les uns à feuille d'un vert clair, les autres à feuille foncée, sont des teintes nouvelles dans la composition de nos jardins. Ce n'est pas que le siécle passé n'ait certainement connu quelques unes de ces plantes rares que nous admirons aujourdhui. Le pin de Weymouth est naturalisé ici depuis longtems; la tige mere existe encore à Longleat.* L'élégant & brillant acacia n'est pas moins anciennement connu: témoin ces tiges antiques dans la cour de Bedford à la place de Bloomsbury; & il y a aussi de longuemain plusieurs arbres exotiques dans le jardin de l’evêque de

Londres * Longleat est dans le Wiltshire, & appartient au lord Weymouth. (Note du Traducteur.)

1

I doubt therefore whether the difficulty of preserving them in a clime so foreign to their nature did not convince our ancestors of their inutility in general, unless the shapeliness of the lime and borse-chesnut which accorded so well with established regularity, and which thence and from their novelty grew in fashion, did not occafon the negle&t of the more curious plants.

But just as the encomiums are that I have bestowed on Kent's discoveries, be was neither without assistance or faults. Mr. Pope undoubtedly contributed to form bis taste. The dehgn of the prince of Wales's garden at Carlton-house was evidently borrowed from the poet's at Twickenham. There was a little of affected modesty in the latter, when be said of all his works he was most proud of bis garden. And yet it was a fingular effort of art and taste to impress so much variety and scenery on a Spot of five acres. ing through the gloom from the grotto to the opening day, the retiring and again assembling shades, the dusky groves, the larger lawn, and the folemnity of the termination at the cypresses that lead up to his mother's tomb, are managed with exquihte judgment; and though lord Peterborough affifted bim To form his quincunx and to rank his vines,

those

The pass

1

Londres à Fulham.* Je soupçonne donc que la difficulté de les élever dans un climat fi contraire à leur nature aura généralement invité nos ancetres à les regarder comme inutiles, a moins que la belle forme du tilleul & du maronnier fi bien d'accord avec la régularité alors établie, & qui par là & pour leur nouveauté devinrent à la mode, n'ait fait negliger la culture de plantes plus curieuses.

Mais en faisant l'éloge des découvertes de Kent, je ne dois pas obmettre les secours qu'il a ells, les fautes qu'il a faites. M. Pope a indubitablement contribué à lui former le goût. Le plan du jardin du prince de Galles à Carlton-house f est évidemment emprunté de celui du poëte à Twickenham. I Il y a une petite affectation de modestie de la part du poëte,

que
de tous ses

ouvrages, celui dont il se glorifie le plus est son jardin. Il est vrai que ça été un singulier effort de l'art & du goût, que de sçavoir mettre tant de variété dans les scènes d'un espace de cinq arpens. sage de l'obscurité au grand jour par une grotte, les ombrages alternativement avancés & reculés, les bocages sombres, l'étendue de la clariere & au bout du jardin la folemnité réligieuse de ce plant de cyprès qui conduit à la tombe de la mere de Pope, sont ménagés avec un jugement exquis; & quoique lord Peterborough l'ait aidé A tracer fon quinconce, à niveller fa vigne,

R * Fulham eft à quatre mille de Londres. + Carlton-house eft l'hotel du prince de Galles dans la ruë de Pallmall.

Twickenham apartient aujourdhui à Mr. Ellis. (Notes du Traducteur.)

quand il dit

Le paf

ces

those were not the most pleasing ingredients of bis little perspective.

I do not know whether the difpofition of the garden at Rousham, laid out for general Dormer, and in my opinion the most engaging of all Kent's works, was not planned on the model of Mr. Pope's, at least in the opening and retiring Shades of Venus's vale. The whole is as elegant and antique as if the emperor Julian bad selected the most pleasing folitude about Daphne to enjoy a philofophic retirement.

That Kent's ideas were but rarely great, was in some measure owing to the novelty of his art. It would bave been difficult to have transported the style of gardening at once from a few acres to tumbling of forests: and though new fashions like new religions, (which are new fashions) often lead men to the most opposite excesses, it could not be the cafe in gardening, where the experiments would have been so expenhve. Yet it is true too that the features in Kent's landscapes were seldom majestic. His clumps were puny, be aimed at immediate effect, and planted not for futurity. One sees no large woods sketched out by his direction. Nor we yet intirely risen above a too great frequency of

Small

are

ces deux objets n'étoient pas les plus agréables de la petite perspective.

Je ne sçais pas si le jardin du général Dormer * à Rousham qui est selon moi le meilleur des ouvrages de Kent n'a pas été dessiné d'après celui de M. Pope au moins pour la disposition des ombres tantôt avancées tantôt rentrantes dans ce qu'on appelle le vallon de Venus. Le tout forme un ensemble si élégant & d'un air si antique, qu'il sembleroit que ce fut la plus délicieuse solitude des environs de Daphné qu'auroit choisie l'empereur Julien pour y jouir d'une retraite philosophique.

Que les idées de Kent eûffent rarement de la grandeur, c'est en quelque façon la faute de l'enfance de l'art. Il auroit été difficile d'appropier tout d'un coup le style d'un enclos de peu d'arpens à la vaste enceinte d'une forêt: car quoique les nouvelles modes aussi bien que les nouvelles réligions (qui sont des modes nouvelles) ménent souvent les hommes aux excès les plus opposés, celà ne pouvoit arriver dans l'art des jardins où les essais sont fi dispendieux. Aussi est-il vrai que les desseins de Kent dans ses paysages ont rarement de la majesté. Ses plantations étoient en petit, il cherchoit des effets présens, il ne plantoit pas pour l'avenir. On ne voit point de grands bois tracés sous la direction. Nous ne nous sommes pas même encore tout-a-fait mis au dessus de ces

petits * Le géneral Dormer vivoit il y a environ cinquante ans. Roufham est en Oxfordshire. Il appartient aujourdhui à fir Clement Cotterel. (Note du Tra

ducteur.

« הקודםהמשך »